•  

    Auteur: Sébastien Fritsch

    Titre: Se retenir aux brindilles

    Auto-édition (fin mars début avril)

    Parution: 2012

    Nombre de pages: 327

    ISBN: 978 2 9537 6774 2

    Prix: 18€

     

    Un grand merci à l'auteur pour sa confiance

    Synopsis:

     Inséparables, Ariane, Tristan et Matthias ont passé leur enfance à jouer avec leurs peurs. Au milieu des étangs de la Dombes ou dans les pièces vides d’un château oublié, ils cherchaient l’émotion, l’interdit, le danger.

    Trente ans plus tard, les frayeurs d’Ariane n’ont plus cette saveur plaisante de l’imaginaire : c’est un homme bien réel – un homme qu’elle a aimé – qu’elle fuit maintenant.

    Car si les enfants font de la peur un jeu, les adultes, eux, savent en faire une arme.

     Mon avis:

    C'est d'une plume très agréable et grâce à un récit bien construit, que l'auteur va, à travers l'histoire d'Ariane, opposer les peurs de l'enfance à celles de l'âge adulte. Toutes pouvant avoir de lourdes conséquences mais seulement certaines laissent ensuite place au rire. Les rires de l'innocence. Les peurs qui vous donne des frissons en même temps que du bonheur. Mais lorsqu'on devient adulte, les peurs changent et n'ont plus le même impact, au risque de se transformer en soumission par crainte aussi des conséquences. L'ensemble est ici parfaitement illustré.

    On va faire la rencontre d'Ariane alors qu'elle est en fuite. Un départ précipité pour se protéger elle et ses deux enfants. Un retour aux sources, vers les souvenirs heureux de sa jeunesse pour tenter d'oublier son malheur d'aujourd'hui. Mais, après tant d'années, les choses, les lieux et les gens ont changés. On la ressent perdue et on a de la peine pour elle. Au fil de ses réflexions, de ses remises en question, de nombreuses réminiscences sur son enfance, sur ce qu'elle a vécu vont venir étayer le récit. Ariane n'a pas eu une enfance facile mais elle a connu des amis et a vécu de grandes aventures.

    Une histoire où on se pose beaucoup de questions. L'auteur maintient l'attention de son lecteur en ne lui donnant les éléments de réponses qu'au compte-gouttes. Une intrigue sur ce qui à amener Ariane à fuir, sur ce qu'elle fuit. Et puis aussi, des intrigues sur son passé. On sait que certaines choses se sont produites, des évènements qui ont eu un impact sur sa vie mais on ne connait pas le pourquoi, ni le comment. On finira par le savoir mais l'auteur maintient le suspense jusqu'au bout. Beaucoup de réflexions aussi sur le "et si.." elle avait agi d'une manière différente, "et si..." elle avait pris d'autres décisions.

    Alors que la plus grosse moitié du récit reste assez soft, un peu monotone même, le rythme de la dernière partie devient plus soutenu. Des révélations et des moments de frissons où on prend peur pour elle et ses amis. Aussi bien dans le passé que dans le présent, des passages qui apportent un côté palpitant. Plusieurs fois et jusqu'au final on doute de l'ultime décision d'Ariane. On a cette fois nous-même, en tant que lecteur, peur qu'elle prenne la mauvaise décision.

    Certains passages du texte m'ont semblé manquer de réalisme. Ils apportent certes de la beauté et de la bonté humaine mais c'est pour moi trop beau. Je pense que dans la vie, et surtout à l'heure actuelle, les gens, surtout des inconnus, ne réagiraient jamais de la sorte. C'est malheureux à dire mais un tel altruisme n'existe pas. Etant maman, j'ai également trouvé que, par rapport à l'âge des enfants, les choses étaient trop simples. Rien que, par exemple, les envies présentes et totalement soudaines qu'un enfant peut avoir et est encore incapable de retenir trop longtemps sont ici inexistantes. Et même si ce n'est pas le plus important, c'est un détail qui m'a chiffonné car je pensais en tant que maman.

    Un récit contemporain qui est une belle illustration de ce qu'est la peur et des différentes formes qu'elle peut prendre pour nous atteindre.

     

    Ma note:  

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Auteur: Jean-Marc Dhainaut

    Titre : La maison bleu horizon

    Editions Taurnada

    Parution: 29 juin 2017

    Nombre de pages: 260

    ISBN: 978 2 37258 028 1

    Prix: 9,99€

     

    Un grand merci aux éditions Taurnada pour cette découverte

    Synopsis:

    Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d’Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l’enquête bouleversante qui l’attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d’un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

    Mon avis:

    Une histoire qui, dès les premières pages, nous plonge dans une ambiance pesante, angoissante. Tous les éléments sont réunions pour nous offrir une histoire de fantômes efficace. Un décor cliché que même Alan, le chasseur de fantôme, qualifie comme tel. Un homme qui y croit mais qui, et c'est ce qui fait une des forces du récit, tient d'abord à rationaliser les faits avant de parler de fantômes. Il n'est pas le genre de chasseur à être obnubilé par les spectres, à en voir partout. Il sait que l'imaginaire, le subconscient de chacun, peut faire imaginer des choses. Du coup, lorsque même lui ne peut plus nier l'évidence, nous, en tant que lecteur, ne le pouvons plus non plus. On se retrouve happé par un récit dont l'intrigue et le décor sont terriblement efficaces pour vous donner bien des frissons.

    Le récit est très bien construit et laisse toujours planer le mystère. Totalement prise par l'histoire, je n'ai pas vu venir les divers rebondissements. Surtout le final qui m'a totalement prise au dépourvu. Pourtant, tout au long de la lecture, on sent que tout n'est pas dit, que les choses ne sont pas aussi simples qu'il n'y parait. Et même si l'auteur laisse des indices, de petites indications, je n'aurai jamais pu deviner une telle chose.

    Au-delà du côté paranormal, l'histoire m'a beaucoup touchée. Beaucoup d'émotions, de sentiments, font que même les fantômes deviennent attachants. Ils ont une histoire à raconter, ils ne sont pas là par hasard. Un petit côté historique sur la première guerre mondiale. Une vision de ce qu'était la vie au front, la souffrance des proches et ici, l'injustice d'un homme qui souhaite prendre du galon. L'auteur nous relate les faits avec beaucoup de justesse et nous donne l'impression d'y être.

    Une fin qui m'aura mis les larmes aux yeux, une histoire qui m'aura donné bien des frissons mais que j'ai également trouvée très belle. Un gros coup de cœur.

    Ma note:    

     

     


    votre commentaire
  •  

    Auteur: Mélanie De Coster

    Titre: De l'autre côté des mondes

    Auto-édition

    Parution: 22 février 2017

    Nombre de pages: 143

    ISBN: 978 15206 71901

    Prix: 9,50

     

    Un grand merci l'auteur et Livraddict pour

    ce partenariat

    Synopsis: 

     « Les temps changent » affirme l’Homme aux Noix. Les Bâclés ne le contrediront pas, eux les anciens rejetés de la classe, maintenant sauveurs de l’humanité. Ils ne sont pas très nombreux, cinq ou six, selon les versions. Mais ils sont attendus dans Laléa. Avant de rencontrer le Balafré, ils devront éviter des ombres armées de griffes, trouver des fermes invisibles, apprivoiser des êtres de légende... Apprendre, aussi, à reconnaître leurs amis. Laléa a besoin d’eux. Les Bâclés ont peut-être aussi besoin de Laléa. Merlin, leur professeur, sera leur guide dans leur traversée vers cet autre monde. Il sait que son aide ne sera pas suffisante. Et pourtant, il ignore encore qui hurle dans la nuit, et quels animaux se créent dans les secrets des châteaux.

    Les Bâclés avancent...

     Mon avis:

    Lorsque j'ai vu ce livre, j'ai tout de suite été attiré par son synopsis. J'adore les univers fantastiques et je trouvais ce dernier très alléchant. Malheureusement, cette lecture ne fût pas à la hauteur de mes attentes.

    J'ai d'abord était très surprise par le changement de couverture en recevant l'ouvrage. J'ai eu l'impression d'avoir un vieux livre entre les mains avec une présentation qui fait trop amateur. La photo représente bien l'histoire mais ne l'a met pas en valeur ce qui est dommage. Dans un présentoir parmi d'autres, je n'aurai pas été vers celui-ci. Une chose que l'auteur va, selon moi, devoir améliorer.

    La présentation du texte en lui-même ainsi que sa construction ne sont pas idéales. Très condensé sur chaque page, on a cette impression de ne pas avancer dans la lecture. Heureusement que les chapitres, eux, étaient assez courts. Une narration très descriptive sans beaucoup de dialogue. Un autre frein au bon déroulement de la lecture. Surtout que, malgré l'abondance de descriptions, j'ai eu l'impression d'en manquer. Ce qui est important est resté bien trop en surface. Des personnages clés (Merlin, l'homme aux noix par ex.) dont on ne sait que trop peu et qui n'ont pas toujours été bien intégrés au récit. Ils sont là tout d'un coup et on ne comprend pas pourquoi. Trop de questions également qui restent sans réponse. J'ai également ressenti une gêne dans la construction de certaines phrases. Je devais parfois les relire pour bien en comprendre le sens.

    L'idée principale du récit est très bonne. Un univers fantastique original où l'intégration des handicapés l'est également. J'ai adoré le fait que leurs voyages leur permettent de sortir de leur coquille, de s'ouvrir. Que grâce à cela, ils puissent se sentir comme des héros et que, même dans leur quotidien, ça leur donne plus d'assurance. Mais surtout qu'ils puissent marcher et faire tout un tas d'activités dont ils ne pouvaient que rêver. Ce que j'ai le plus aimé, ce sont les "Schlirbs" totalement imprononçable mais tellement mignons.

    La fin de l'histoire m'a choqué, je ne l'ai pas du tout appréciée. Je n'ai pas compris où était l'intérêt à un tel malheur qui n'était, de plus, pas nécessaire à l'histoire. Bien au contraire, elle nous fait détester des personnes que l'on aurait pourtant dû apprécier.

    Un récit avec une bonne idée de départ, une belle intégration des handicapés mais mal exploitée et mal construite. Je suis restée étrangère au récit et n'est pas pu m'attacher aux différents protagonistes.

     

    Ma note:

     

     

     


    votre commentaire
  • Rendez-vous initié par Mallou et repris par Galleane.

     

    Ce que j'ai lu et terminé la semaine passée?

     

          

     

    Les derniers articles/chroniques en cliquant sur le titre....

     

     "Un été invincible" Alice Adams (1/5)

    "Au Royaume de Kitoln - T1 - L'éleveur de dragons" Laurence Puzenat (5/5)

    "Je suis passée plusieurs fois par la porte des enfers - T1" Justine Obs (4/5)

    In My Mailbox

     

    Mes chroniques à venir....

       

     "Anonymous" Edouard Brasey

    "Comme l'Obsidienne" V.I. Prates

    "Se retenir aux brindilles" Sébastien Fritsch

    "La maison bleu horizon" Jean-Marc Dhainaut

    "De l'autre côté des mondes" Mélanie De Coster

    "Gary Cook - T1 - Le pont des oubliés"

     

     Ma lecture en cours? 

     

    LES NECROPARIEURS

    (Alick)

    Les Nécroparieurs sont des êtres anciens et puissants. Ils parient sur la mort des hommes afin de récupérer l'espérance de vie perdue et gagner en pouvoir et en longévité. Une nuit, l'un d'eux décide de briser les règles du jeu.

     

    Ma(es) lecture(s) en attente (PAL prioritaire)?

     

     

        

     

     


    8 commentaires
  • Hello,

    Voici mes réceptions de la semaine...

     

    Partenariat


    Achat



    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires