•  

    Auteur: Patrice Chaillan Da-ros

    Titre: Le Sortilège

    Auto-éditions

    Parution: 12 juin 2017

    Nombre de pages: 234

    ISBN: 978 152148 257 5

    Prix: 8,99€

    Pour l'acquérir c'est ICI

     

    Un grand merci à l'auteur pour sa confiance

    Synopsis:

    À la suite d’un pari stupide, Jean, le directeur d’une grosse société de voyance sur Internet, tombe amoureux de Mathilde, l’une de ses clientes. Par là même, il va créer malgré lui un scandale médiatique d’où il n’en sortira pas indemne.

     Mon avis:

    L'auteur nous offre un récit empli d'humour avec deux personnages principaux dont les caractères sont diamétralement opposés. J'ai adoré la présentation du texte sous forme de scénario. C'est original et très agréable à lire. Un récit où tout va très vite, où les évènements et rebondissements s'enchainent jusqu'à un final qui m'a totalement surprise. Une fin qui se révèle néanmoins parfaite, dans la continuité du récit.

    Qui est pris qui croyait prendre! Jean va se retrouver piéger dans un cercle infernal. Un simple pari, un sortilège vendu par sa propre société. Une histoire qui va beaucoup lui en coûter. Il est présenté comme un homme très imbu de sa personne, à qui tout est dû. Le genre d'homme que j'exècre parce qu'il ne pense qu'à lui. J'ai adoré voir comment les choses se retournent contre lui. Toute la poisse qui va lui tomber dessus. Son beau petit monde s'effondre et s'est extrêmement divertissant.

    Mathilde, elle, est une jeune femme très attachante dans son côté bohème mais aussi dans toute la naïveté qu'elle dégage. Elle m'a fait rire dans sa manière de croire dur comme fer à la voyance. Elle vit et exprime pleinement ses émotions. Ses pleurnicheries sont à l'extrême et on a souvent envie de la secouer. Dans cette histoire, ce sont les enfants qui feront preuve d'une véritable maturité. Comme si les rôles entre parents et enfants étaient inversés. Ce sont eux qui agissent et raisonnent leurs parents.

    L'humour est présent tout au long de l'histoire à la fois dans la suite de situations totalement rocambolesques mais aussi dans les attitudes des personnages.

    J'adorerais voir ce texte en pièce de théâtre.

     

    Ma note:    

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Auteur: Amélie Romarin

    Titre: Le dernier train

    Editions Edilivre / Auto édition

    Parution: 5 avril 2017

    Nombre de pages: 122

    ISBN: 978 2 414 00273 3

    Prix: 12€

    Pour l'acquérir c'est ICI

     
     

    Un grand merci à l'auteur

    pour sa confiance

    Synopsis:

     « J’ouvre les yeux. À ma grande surprise, je découvre que je suis dehors. Je regarde le ciel sans comprendre. Des nuages blancs recouvrent toute la surface du ciel. Le bruit de la mer parvient encore à mes oreilles et je comprends que mon corps est posé sur le sable. Je tourne la tête à droite et puis à gauche. La plage. Je suis à la plage… » Lindsay, fraîchement diplômée, décide de tout quitter et de commencer une nouvelle vie…

     Mon avis:

    Un récit court et très agréable à lire. On se plonge dans l'histoire et on arrive à son terme sans avoir vu le temps passer. La narration est fluide, j'ai adoré avoir l'impression que l'auteur me parle. Ça nous donne l'impression qu'elle nous raconte sa propre histoire. Les faits relatés semblent réels. Dans des décors que je connais, dans un pays dont je suis originaire. Avec des guéguerres entre flamands et wallons que je vis également dans mon quotidien. Une foule de petites choses qui rendent se récit d'autant plus réaliste.

    Et, en effet, tous n'est pas que pure fiction. L'auteur y a insérer de véritables anecdotes, y relate des difficultés qu'elle a vécu dans sa propre vie. Ses protagonistes principaux sont également dotés de traits de caractères propres aux personnes de son entourage ou d'elle-même. Comme si elle nous racontait un petit bout de son existence.

    Un texte avec un message fort. Lindsay ne se sent plus bien et, du jour au lendemain, va tout quitter pour tenter de se reconstruire, de se retrouver. Une fuite qui n'est pas facile et qui lui demande énormément de courage. Un deuil qu'elle a besoin d'accomplir. Un besoin de mieux se comprendre elle-même, de se recentrer. Je suis admirative face au courage qu'il lui a fallu pour prendre ce dernier train.

    Une histoire d'amour aussi avec une rencontre totalement insolite. J'ai bien aimé voir comment Lindsay et Matthias vont construire leur relation. Ils vont se confier l'un à l'autre et à travers ses confessions, l'auteur va nous narrer des problèmes que beaucoup de jeunes rencontrent. La difficulté de faire un choix pour ses études futures, son avenir. Le poids d'une famille qui rabaisse au lieu de soutenir lors d'un échec.

    Une fin qui m'a bien plu. Elle montre qu'il est tout aussi difficile de partir que de revenir. Par peur de l'incompréhension des proches mais aussi de perdre ce qui a été acquis.

    Une lecture avec laquelle j'ai passé un très bon moment, qui m'a touché.

    Ma note:  

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Auteur: Georgia Blain

    Titre : Lotto Girl

    Editions Casterman

    Parution: 13 septembre 2017

    Nombre de pages: 329

    ISBN: 978 2 203 122 222

    Prix: 16€

     

     

    Un grand merci Babelio et Casterman

    pour cette masse critique privilégiée.

    Synopsis:

     "Ils se servent de nous. Parfois pour combler une lacune, parfois pour tester un nouveau profil. Ils se servent de nous pour les réglages, pour affiner un modèle. Nous ne sommes que des prototypes de travail. Ils encouragent nos parents, ou les soudoient. Le miens se sont entendus dire que je serais belle s’ils choisissaient l’option préconisée par BioPerfect.
    Je l’ai dévisagée. Je n’avais jamais pensé qu’on puisse être autre chose qu’une Lotto girl. C’est-à-dire une fille particulièrement douée, au patrimoine génétique exceptionnel. Une fille unique en son genre… "

     Mon avis:

    Un récit qui dans son ensemble m'a bien plu. Un monde futuriste bien travaillé où la volonté de créer des êtres parfaits a pris le pas sur le bien être communs. Les niveaux sociaux, les milieux de vie, le type de travail, tout cela varie selon la richesse dont une famille, une personne est dotée. Lotto girl ou boys, c'est une chance pour les familles démunies de voir leur enfant atteindre un meilleur niveau de vie. Parce qu'il n'est pas issu de l'aléatoire. Tout ce qui fait de lui ce qu'il est a été soigneusement choisi sur catalogue. Avant même de respirer, tous savent déjà dans quel domaine il excellera et quel métier il est destiné à exercer. Chose que je trouve totalement horrifiante. L'horreur de se dire que, sans ces manipulations génétiques, ils n'auraient jamais été capables de faire une chose par eux-mêmes. Ils n'ont plus droit à l'erreur sous peine d'être considérés comme des échecs. Et comme partout, il y a des opposants, des personnes qui veulent prouver que cette manière de faire n'est pas juste, qu'il est possible de devenir le meilleur dans un domaine sans avoir dû subir ses manipulations.

    J'ai beaucoup aimé la manière dont l'histoire est narrée. Que l'on passe sans cesse du présent au passé afin de comprendre comment on en est arrivé là. Pourtant, même si le style de l'auteur est agréable et addictif, j'ai trouvé que certaines choses restaient assez brouillonnes. J'ai, à une ou deux reprises, eu le sentiment qu'il me manquait des informations.

    On en apprend beaucoup sur la manière dont le monde fonctionne, sur la façon dont il est perçu aussi bien par les adhérents que les opposants. On prend conscience de l'importance du conflit. L'intrigue est bien présente et efficace car il n'est vraiment pas évident de savoir à qui se fier et surtout quelle est la vérité. Je regrette pourtant un manque de piment. Bien qu'attrayant, le rythme est souvent un peu trop lent.

    J'ai bien aimé les personnages, leur diversité. Avec certains plus touchants que d'autres. Il y a ceux dont on se méfie et ceux qui vont nous surprendre (en bien ou en mal). Un beau panel. J'ai parfois eu du mal à bien comprendre Fern dans ses réactions. Elle n'a jamais vu le mal du système mis en place et va se retrouver tirailler par divers sentiments une fois qu'elle rencontrera le monde des souterrains. J'ai aimé la suivre mais j'ai eu du mal à ressentir un véritable attachement pour elle. Elle peut être à la fois butée et très naïve.

    Je ne sais pas s'il s'agit d'un premier tome d'une saga mais j'en ai l'impression. Pour moi, cette histoire est loin d'être finie et j'espère qu'il y aura une suite.

     

    Ma note:  

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Auteur: Alexis Flamand

    Titre : Le cycle d'Alamänder - T1 - La porte des Abysses

    Parution: 23 juin 2017

    Nombre de pages: 536

    Editions Leha

    ISBN: 979 10 97270 032

    Prix: 19€

    Pour l'acquérir c'est ICI

     

    Un grand merci à Lecthot

    pour ce partenariat

    Synopsis:

    Jonas Alamänder, mage et détective, vient de perdre sa maison confisquée par un royaume voisin. Accom­pagné d’Edrick, l’un des soldats chargés de lui apprendre la nouvelle, et de son fidèle valet Retzel, un facétieux petit démon, il part pour Ker Fresnel, capitale de Kung-Bohr afin d’y plaider sa cause.
    Jon se trouve contraint de mener l'enquête sur le meurtre mystérieux de Pallas, conseiller du roi, et de déjouer un complot visant Ernst XXX. Les aventures se succèdent, au cours desquelles l'enquêteur montre autant de talent dans l'art de sa magie que de maladresses dans ses relations humaines.
    Pendant ce temps, Maek, un jeune garçon aux penchants morbides, affronte un champ de blé carnivore, afin de rallier la fameuse école des assassins "T’Sanks".

     Mon avis:

    Dès les premières pages, je suis tombé sous le charme de la plume de l'auteur que j'ai trouvé très agréable et pleine d'humour. Parfois noir, parfois grinçant mais qui réussit toujours à me faire rire. J'ai adoré le grotesque de certaines situations et le ridicule dont certains protagonistes font parfois l'objet.

    Un univers de fantasy complexe et très bien travaillé. On y découvre de fabuleux décors, des paysages et des créatures insolites. Chacun pouvant se révéler dangereux. Tout y est décrit dans le moindre détail. On a l'impression d'y être.

    Des personnages principaux que l'on prend beaucoup de plaisir à connaître et à suivre. Jonas, un mage détective qui embarque dans l'aventure pour, à la base, sauver ses terres. Il est accompagné d'Edrick d'abord, puis Vance lorsque l'enquête commence véritablement. J'ai adoré la relation encore Jonas et Vance, leur petit jeu de séduction. Un petit coup de coeur pour Retzel, un démon qui fait pleins de bêtises, difficilement contrôlable et pourtant fort attachant. Sans oublier le roi qui est un véritable Maître dans l'art de la manipulation. Une foule d'autres protagonistes également viennent peupler ce récit et forment, tous ensemble, un beau panel.

    Une intrigue sérieuse, efficace et bien ficelée. Même sans en arriver encore à l'enquête proprement dites, la manipulation est déjà présente sans qu'on ne la fois. J'ai souvent été surprise par les révélations où, comme les personnages concernés, je n'ai rien vu venir. J'ai aimé voir comment Jonas dénoue les fils du mystère et les résolutions qu'il nous présente.

    En parallèle, on suit également la création de l'école "T'Sanks". Au départ, un mythe qu'un petit garçon va s'atteler à faire devenir réalité. On suit son combat, sa détermination et sa sagesse pour aboutir au but qu'il s'est fixé. On ne comprend pas toujours le pourquoi de cette histoire parallèle, surtout qu'elle se passe à une époque antérieure à l'intrigue principale. Il faut attendre d'avancer dans l'histoire pour commencer à voir les liens.

    Le rythme de l'histoire varie constamment. Plus lent lorsque l'auteur décrit l'environnement, lorsqu'il relate des passages de vie des T'Sanks aussi. Et d'autres beaucoup plus intenses parce qu'on entre véritablement dans l'action, que les énigmes trouvent leur résolution et qu'on a soif de savoir le pourquoi du comment. On navigue entre descriptions, évolution, quête et action. Bien qu'à aucun moment on ait le sentiment de faire du sur-place, j'ai néanmoins parfois ressenti certaines longueurs. Le rythme ralenti mais fini par reprendre son envol sur des passages plus intenses, captivants. Avec de beaux retournements de situation et de sacrés révélations.

    Une fin terriblement frustrante car ce premier tome s'arrête à un moment clé. On enrage de ne pas encore avoir la suite pour poursuivre et découvrir comment Jonas et les autres vont se sortir de cette terrible situation.

    Puis vient l'instant du "Making of". Une manière qu'à l'auteur de présenter ses remerciements de manière très originale. Il les inclut dans une sorte de reportage au sein des studios de production. Grâce à de petites interviews des personnages, il nous donne des indices sur les prochains tomes. Il nourrit notre curiosité et nous donne d'autant plus envie de plonger dans la suite de cette saga.

    J'ai adoré.

    Ma note:   

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Rendez-vous initié par Mallou et repris par Galleane.

     

    Ce que j'ai lu et terminé la semaine passée?

     

                                           

    "Le cycle d'Alamänder" une excellente découverte avec ce récit fantasy très bien travaillé, une bonne intrigue et bourré d'humour.

    "Le dernier train" une histoire jeunesse avec un beau message, touchante.

    "Le sortilège" une comédie romantique présentée sous forme de scénario, un humour grinçant.

     

    Les derniers articles/chroniques en cliquant sur le titre....

     

         


      "Dans l'ombre de Stella" Alexandra Sirowy (5/5)

    "Des Aventures hors du commun" Yannick Giammona (3/5)

    "L'Intrus" Annabelle Blangier (4/5)

     "Le Meurtre d'O'Doul Bridge" Florent Marotta (4/5)

     

      Mes chroniques à venir....

       

                                 

     

      "Invisible Emmie" Terri Libenson

    "Bad romance - T1" Céline Mancellon

    "Lotto Girl" Georgia Blain

    "Le cycle d'Alamänder - T1 - la porte des abysses" Alexis Flamand

    "Le dernier train" Amélie Romarin

    "Le Sortilège" Patrice Chaillan Da-Ros

     

     Ma lecture en cours? 

     

    LA 14e COLONIE

    (Steve Berry)

    1783. Des révolutionnaires américains et des Français ayant combattu pour l'indépendance des États-Unis fondent une société secrète, La Société des Cincinnati. George Washington en est le premier président. 1812. Lors de la guerre anglo-américaine, un plan est échafaudé aux plus hauts échelons du gouvernement américain. Son nom de code : la 14e Colonie. 1982. Le président Reagan et le pape Jean-Paul II ont, dans la bibliothèque du Vatican, une conversation en tête à tête dont rien n'a jamais filtré. D'un château du sud de la France à une église de Washington, en passant par la Sibérie et le Canada, Cotton Malone, va devoir faire le lien entre ces trois faits historiques afin de déjouer un incroyable complot.

     

    Ma(es) lecture(s) en attente (PAL prioritaire)?

     

     

        

     

    Je vous souhaite à tous une belle semaine

    et n'hésitez pas à me dire qu'elle est votre lecture en commentaire

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires