•  

    Auteur: Justine Obs

    Je suis passée plusieurs fois par la porte des enfers...

    Parution: 16 avril 2017

    Nombre de pages: 195

    Auto-édition

     

     

    Un grand merci à l'auteur pour sa confiance

    Synopsis:

    L’histoire d’une relation affective, émotionnelle et déchirée d’une enfant face à une mère peu responsable, « borderline », et à un père violent alternant amour et rejet.
    C’est le récit d'une vie, une vie chaotique menée avec brio par une jeune fille plus forte qu'elle ne le pense...
    Laissez-vous guider dans le tourbillon noir de son existence...

     Mon avis:

    Raconter son histoire n'est jamais simple et cela est autant plus compliqué lorsqu'elle est synonyme d'enfer. Je suis admirative devant le courage qu'a eu Justine de mettre en page son histoire, son vécu, son enfance au sein d'une famille qui n'en porte que le nom. Un récit poignant sur ses 18 premières années, sur les drames vécus, sur l'enfer subit mais aussi sur le courage qu'elle a eu à y faire face. 

    Un récit qui n'a rien d'un roman. J'ai trouvé la plume de l'auteur assez brute, elle nous raconte son histoire sans chercher à broder autour. On sent qu'écrire ces lignes était une manière pour elle de se libérer et aussi de prendre conscience de ce qu'elle a vécu. On y voit une enfant qui par sa naïveté va accepter beaucoup. Qui, malgré tout le mal qu'ils lui font, ressentira toujours le besoin de revenir vers ses parents. J'ai vite développé une profonde empathie pour elle et ressentie une rage profonde envers ses géniteurs qui n'ont rien de véritables parents. Au fur et à mesure que le temps passe, que Justine grandit, elle va devenir bien plus adulte qu'eux.

    Justine a du caractère et se rebellera toujours à sa manière. En étant une enfant difficile, en aimant pousser les gens à bout, en n'ayant pas toujours de bonnes fréquentations. Mais, même si son milieu de vie ne lui a pas donné toutes les cartes pour bien réussir sa vie, elle va trouver la force de passer outre. On a bon espoir de la voir se sortir définitivement de cet enfer et se construire une vie saine.

    En plus de son quotidien, elle va aussi revenir bien plus loin en arrière. Jusqu'à l'enfance, la rencontre de ses parents. Elle nous donne toutes les clés pour comprendre comment ils ont pu devenir ce qu'ils sont. Sa mère aurait pu avoir une belle vie et ne doit sa situation actuelle qu'à elle seule. Son père, lui, a aussi vécu l'enfer lorsqu'il était petit et n'en ai pas ressorti indemne. Cela n'excuse en rien ce qu'il a lui-même fait, sa violence, mais il est difficile de vivre autrement lorsqu'on a jamais rien connu d'autre. Deux personnes profondément perturbées. Je pense que Justine a eu la chance d'avoir dans son entourage des personnes qui ont pu lui apporter, sur de courtes périodes, un peu de stabilité, de normalité.

    Alors oui, c'est vrai, parfois on doute un peu sur la véracité des évènements relatés. Surtout lorsqu'elle parle des faits ayant eu lieu alors qu'elle n'était qu'un bébé où un enfant en bas âge. On ne peut se souvenir de ce qu'on a vécu alors qu'on était si petit mais les gens sont bien souvent là pour le raconter.

    Une autobiographie à laquelle on ne peut rester insensible.

    Ma note:   

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Auteur: Kelley York

    Le piège de l'innocence

    Editions Pocket Jeunesse

    Parution: 2016

    Nombre de pages: 336

    ISBN: 978 2 266 26329 0

    Prix: 17,50€

     

     

    Synopsis:

    Il voulait l’aider, il se retrouve accusé.

    Vic Howard a toujours été transparent, ignoré de tous, même de sa propre mère. Un soir, alors qu’il s’ennuie à une fête, il remarque que Callie, une fille de son lycée, a beaucoup trop bu. Il décide de lui venir en aide.

    Au matin, la police sonne chez Vic : Callie a été violée, il est le principal suspect. Du jour au lendemain, il est le centre de l’attention, tous le considèrent coupable. Sauf Autumn, la meilleure amie de la victime, qui compte bien s’allier à Vic pour découvrir une vérité que tout le monde préfère taire.

     Mon avis:

    L'auteur a choisi de parler d'un sujet lourd, le viol, en se plaçant du côté de l'accusé. Vic, celui qui après avoir voulu aidé, se retrouve accusé d'un viol qu'il n'a pas commis. Un très bon thème choisi mais une manière de le traiter qui ne m'a pas pleinement convaincu.

    La plume de l'auteur est très agréable avec des personnages attachants. Mais voilà, je trouve que le tout reste trop sommaire. Bien que ce livre s'adresse aux jeunes, cela n'empêche pas l'approfondissement du sujet. Je pense qu'il est bien trop doux par rapport à ce que subirait une personne dans la même situation de Vic dans la vie réelle. Un récit trop soft à mon goût, il manque d'intensité.

    Une romance avec la meilleure amie de la victime. Une partie que j'ai beaucoup aimé mais que je trouve un peu déplacée. Oui, c'est le genre de chose qui plait et qui m'a plu mais qui, pour moi, n'a rien à faire dans ce genre de récit. Ça enlève un peu du côté dramatique. Au point parfois de mettre le sujet du viol en second plan.

    Le plus vrai dans cette histoire est la manière qu'à la mère de Vic de réagir. Une situation très difficile car les faits présents vont ressurgir le drame de sa vie. L'horreur de voir son enfant, la chair de sa chair ressembler de plus en plus à celui qui lui a fait du mal. Une femme dont les erreurs d'attitudes restent compréhensibles. Une femme pleine de courage.

    La fin est à la fois totalement prévisible et décevante. Beaucoup trop simple à mon goût.

    Une histoire dramatique qui manque de profondeur et trop édulcorée par rapport à la réalité. Elle m'a plu sans m'emballer.

     

    Ma note:   

     

     

    Me suivre

     

     

     

    Me suivre... Me suivre... Me suivre...

     

     


    votre commentaire
  • Hello vous tous,

    (mon livre est plus vieux - pas la même couverture)

    Titre: Les choses de la vie

    Auteur: Paul Guimard

    Editions: Folio

    Parution: 1976

    Nombre de pages: 150

    ISBN: PAS

    Genre: Drame

    Synopsis: 

    "Lorsque la traverse de la barrière du champ défonce la portière, elle atteint le conducteur au somet du crâne qu'elle scalpe sans entamer les os. A l'instant du choc contre le pommier, le corps désarticulé est projeté à travers l'ouverture béante du pare-brise qui le lacère. Il frôle les basses branches de l'arbre, boule sur le sol en pente et ne s'arrête que loin de la voiture en flammes.

    Il ne s'est pas écoulé dix secondes depuis le moment où, sous le soleil mouillé, la MG roulant à 140 à l'heure a abordé le large virage du lieu-dit la Provicence"

    Mon avis:

    Je dois dire que je suis plutôt mitigée. Je ne sais pas trop quoi en penser.

    Durant la majeure partie du récit, on se met à la place de Pierre Delhommeau, avocat qui, a un très grave accident de voiture. On est dans sa tête et on découvre ses pensée avant, pendant et après l'accident. Des pensées bien nettes au début qui deviennent totalement floues à la fin. 

    Le texte est très bien écrit car on arrive vraiment à se mettre à sa place, on comprend bien ce qu'il vit.

    Avant l'accident ses pensées sont futiles, puis on vit l'accident. Au départ, Pierre se dit qu'il ne doit pas être très blessé car il n'a pas mal, puis peu à peu il se rend compte que si, il va mourrir. Il  prend alors conscience de ce qui était vraiment important dans sa vie, des choses/personnes qui vont lui manquer et de ceux à qui il va manquer. 

    Je ne vais pas dire que j'ai adoré et que j'ai pris beaucoup de plaisir mais le livre est très bien fait.

    Ma note: 7/10 parce que même si j'ai pas adoré c'est un très bon livre.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Le plus:

    Lu dans le cadre du challenge

     

     


    votre commentaire
  • Hello vous tous, 

    Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre que j'ai fini de lire il y a plus ou moins 1 semaine. Un  "Drame". Le premier du genre pour moi, un livre qui m'a fait pleurer.

    Titre: Love Story

    Auteur: Erich Segal

    Nombre de pages: 187 pages

    Editions: J'ai Lu

    Parution: 1970

    ISBN: pas indiqué!

    4e de couverture:


    "Oliver Barret IV et Jenny Cavilleri se sont rencontrés à l'Université. Il était riche, elle était pauvre. Il jouait au hockey sur glace dans l'équipe de Harvard, elle jouait au piano à la Bach Society. Ils se sont aimés. Ils se sont mariés. Ils avaient décidé d'appeler leur premier enfant Bozo..."

    "C'est l'histoire, dans l'Amérique de 1970, de deux êtres jeunes, véritablement unis "pour le meilleur et pour le pire"; une histoire simple comme l'eau qui coule, drôle comme la vis dès que l'on est deux pour en rire, pathétique comme toutes les destinées humaines; une histoire d'amour qui parle au coeur de toute une génération."

    Mon avis:


    C'est un livre que j'ai pioché dans ma bibliothèque pour sa couverture. Pour un livre ancien, je la trouve très colorée et plutôt belle.

    Je n'ai pas lu la 4e de couverture avant de le commencer et je ne savais pas du tout qu'il s'agissait d'un drame. Je ne m'attendais donc pas du tout à ce que l'histoire prenne un tel tournant. Ce livre m'a fait pleurer. Il m'a réellement émus car je m'étais attachée aux personnages. 

    Les personnages sont très touchants et attachants. On sent qu'ils s'aiment intensément. Ils ne viennent pas du même monde mais sont fait l'un pour l'autre.

    L'histoire est bien écrite, fluide. Au début, cette manière d'écrire m'a fait un peu drôle. Je ne pensais pas qu'à cette époque, les auteurs pouvaient utilisés des mots vulgaires comme on le fait maintenant. Il y a aussi certains mots comme "etc" qu'on voit toujours écrit en abrégé mais là non, l'auteur l'écrit en entier. C'est vraiment intéressant de se plonger dans un roman écrit il y a longtemps. C'est à ce moment là qu'on se rend compte à quel point la manière d'écrire a terriblement évoluée.

    L'auteur va à l'essentiel, il ne rentre pas dans des détails inutile. Ce texte se lis facilement et rapidement.

    J'ai passé un très bon moment en le lisant, lui qui m'a fait passé par toute une série d'émotions.

    Une belle découverte

    Ce livre a été adapté au cinéma mais je n'ai pas vu le film, et vous?

    Note: 7/10

     

    Le petit plus


    J'ai lu ce livre dans le cadre du Challenge "Je vide la bibliothèque de Maman et Papa"

    Ci vous aussi vous voulez y participer, le lien vers l'article de présentation ce trouve dans la barre de droite du blog.

     

    Avez-vous lu ce livre? Qu'en pensez-vous?

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique